Aviaco dismantles its first EC 120 - Aviaco

Aviaco a démantelé ses premiers EC 120

An EC 120B on the ground

Décollant pour la première fois le 9 Juin 1995, l’EC 120 B dit le Colibri s’est vendu à plus de 550 exemplaires à travers le monde depuis le début de la production en 1997. Le petit oiseau a été vendu pendant une vingtaine d’année jusqu’à l’arrêt de la production à la fin de l’année 2017. Cumulant plus de 1,7 millions d’heures de vol chez plus de 400 opérateurs à l’international, l’appareil affiche une longévité plutôt surprenante.

 

N’étant plus produit depuis 2017, les pièces se font rares et les délais de livraison sont étendus. De nombreux opérateurs voient leurs hélicoptères être immobilisés durant plusieurs mois en attente de maintenance. Pour pallier au manque de pièces et ainsi permettre à ses clients de remettre leurs appareils en vol, Aviaco décide de se lancer dans le démantèlement d’EC 120. Les pièces détachées seront ensuite vendues après avoir été recertifiées au préalable avec une EASA Form 1.

 

C’est dans ce contexte que les deux premiers Colibris ont pris place dans les ateliers PART 145 d’Aviaco au matin du 18 novembre 2020. Les deux appareils, sortis d’usine entre 2005 et 2007, sont arrivés en provenance de la Malaisie. Ces deux hélicoptères étaient précédemment opérés par l’opérateur Integrated Training Service.

 

Le petit gabarit des colibris et la riche documentation fournie par le constructeur, Airbus Helicopter, permettent aux équipes d’Aviaco d’accroitre leur efficacité dans le processus de démantèlement et ainsi en réduire la durée. Ce qui réduit considérablement la durée du démantèlement. En effet, si les Dauphins et leurs gabarits plus larges ont mis un peu plus d’un mois à être complètement mis en pièces, les Colibris, quant à eux, ont été démantelés en quelques semaines.

 

Alors que leur démantèlement touche à son terme Aviaco s’active pour mettre la main sur des appareils similaires prêts à être démantelés dans ses ateliers PART 145 afin que de nombreux Colibris puissent reprendre leur envol.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email